L’Homme est ce que l’esprit divin n’est pas, il est comme le rayonnement d’une lumière voilée par un abat-jour plus ou moins opaque. L’Homme représente ainsi la faible lumière rayonnée dans la pièce, et son esprit divin représente l’ampoule qui émet le rayonnement. L’énergie qui permet à l’ampoule de rayonner est la Source intarissable de tout ce qui est, Dieu, énergie universelle, dont l’éclat est pur et parfait tel qu’il est.

L’abat-jour représente l’âme qui permet une luminosité plus ou moins opaque, plus ou moins colorée, plus ou moins intense. En fonction de ses expériences, selon sa conscience grandissante de la nature et de l’intensité de sa luminosité, l’âme va être nettoyée et devenir de plus en plus transparente et va permettre un rayonnement de plus en plus de telle ou de telle couleur, jusqu’à atteindre une transparence, qui lui permet de voir l’ampoule et donc la source de sa lumière.

Voilà que l’Homme, en quête de lumière est ce rayonnement qui cherche d’où il vient, qui cherche le sens de toutes ses expériences, jusqu’à petit à petit comprendre qu’il fait partie d’une humanité, c’est-à-dire d’une même pièce, que chaque rayonnement, chaque Homme, va éclairer de sa propre lumière.

Les nombreuses lumières qui éclairent la même pièce que celle qu’il éclaire lui-même, vont révéler la saleté de son abat-jour, de son âme, ce qui va pousser l’Homme à nettoyer les différentes facettes opaques de son abat-jour, pour y voir de plus en plus clair en lui. Cette étape lui permet de comprendre que toutes les lumières appartiennent au même monde, c’est-à-dire sont toutes éclairées par une même lumière, qui émane depuis l’intérieur d’eux, de leur propre ampoule.

Lorsque chaque lumière a reconnu l’émanation de la lumière depuis sa propre ampoule, depuis son esprit divin, il prend finalement conscience que de chaque ampoule émane la même lumière intarissable, intense, pure et parfaite. Parce que toutes les lumières ont fusionné ensemble, pour illuminer l’intégralité de la pièce, du monde dans lequel elles se trouvent.

Alors si l’Homme éclairait davantage sa vie, il pourrait voir par le reflet des autres lumières sur lui, que son abat-jour est sale et qu’il a besoin d’un nettoyage profond, petit à petit mis en évidence par les autres lumières autour de lui. Ainsi il se rendrait compte au fur et à mesure de son nettoyage, que l’émanation de sa lumière prend des teintes et une intensité différentes, jusqu’à ce qu’il voit l’ampoule qui émet la lumière en lui. Il finirait par comprendre que sa lumière, comme celle des autres, illumine le monde et qu’ensemble, après s’être révélés les uns aux autres, ils pourraient enfin fusionner pour que puisse émaner ce nouveau monde, unit dans une seule et même lumière, celle de la Source intarissable émanée par l’esprit de chacun.